« 200 pour cent » crie Nicole Fitz malicieusement à travers l’assemblage des voies du nouveau Grand Huit, le Taron, aux monteurs sur les supports. Elle ne se satisfait pas de moins. Nicole Fitz est géomètre à la société Geosys-Eber, et nous avons été la chercher exprès en Bavière pour l’amener dans le nouveau monde thématique de Klugheim, pour mesurer le tracé du Taron. Les spécialistes munichois ont déjà effectué avec succès d’innombrables mesures, entre autres tout le Ferrari World à Abu Dhabi. Dans la chaleur de la ville au cœur du désert, Nicole Fitz a mesuré avec ses collègues le Grand Huit le plus rapide du monde - et est donc la meilleure pour la prise de mesures des voies du Taron. Car ici on parle d’une absolue précision et d’une justesse, même dans les conditions les plus extrêmes.

Une étape supplémentaire pour le plaisir de conduite parfait

La prise de mesures des voies est en effet le dernier rouage, mais le plus décisif, sur lequel nous pouvons agir pour faire du Taron une expérience de conduite géniale. Ici, nous pouvons encore agir si le train du Multi-Launch-Coaster dévale les voies inégalement ou glisse doucement dessus.

Une telle prise de mesures des voies n'est en aucun cas standard lors de la construction de Grands Huit. Cette étape supplémentaire demandant beaucoup de temps est rarement prise en considération, trop souvent la qualité doit laisser la place à l’urgence. Et cela, bien que le décalage ne soit, entre les raccordements des voies, même pas de la taille d’une feuille de papier, peut avoir un impact énorme : Au lieu de la sensation détachée de conduite confortable et pleine d’adrénaline qui nous tenait tant à cœur, le voyage du Taron à travers Klugheim serait marqué d’une expérience de conduite chaotique troublante. Même lorsque les voies sont décalées que d’un minuscule 0,2 millimètre de la position prévue, adieu le plaisir de conduite !

C‘est donc justement ici, sur les voies, qu’il faut particulièrement veiller à ce que tous les efforts apportés au développement innovant du Multi-Launch-Coaster, soient également  parfaitement ressentis pendant le voyage. Finalement, nous n’avons pas, avec notre entreprise productrice, Intamin, apporté pour rien un nombre incalculable de tours de vis sur les plus petits « rouages » et discuté avec passion chaque détail jusqu'à ce que le résultat soit là. Que ce soit la dramaturgie toute particulière de la configuration du parcours, la composition de l’assemblage des voies ou la reconfiguration complète du train - nous avons conçu chaque élément du Grand Huit dans un seul but : Créer pour nos clients une expérience globale unique avec une sensation de conduite la meilleure possible. Les voies parfaitement mesurées sont ici plus qu'une cerise sur le gâteau. Elles sont le facteur final grâce auxquelles la réalisation de l’énorme plaisir de conduite du Taron réussit ou échoue.

La plus grande précision serrée contre le puissant rocher

Avant tout, en raison des conditions aventureuses de construction : Le parcours du Taron n’a pas pu être construit en continu du début jusqu’à la fin mais a dû être édifié à partir du monde thématique morceau par morceau. La configuration du parcours, entièrement recouvert, traverse l’imposant paysage rocheux, de nombreux supports sont entièrement intégrés dans des formations rocheuses ou enterrés dans des ravins. Il ne restait plus parfois que la largeur d'une main, lorsque les monteurs manœuvraient avec précaution les énormes pièces des voies vers leur position. La plus grande précision était nécessaire, afin que les raccordements de chaque élément des voies s’adaptent à la  fin parfaitement.
Une aventure de construction complexe, qui met en avant les performances impressionnantes des monteurs - et c’est pourquoi Nicole Fitz a exigé, encore une fois, davantage de talent lors de la prise de mesures. Car même avec la meilleure précision, des décalages invisibles à l’œil nu pouvaient se glisser dans le montage exigeant, attenant aux rochers. Pour la géomètre, la mission visée est par conséquent évidente : Traquer et corriger chaque imprécision, aussi petite soit-elle, sur le parcours du Multi-Launch-Coaster.

Et pour ce faire, elle est debout au milieu de Klugheim avec son tachéomètre, un appareil de mesure précise de points, et traque chaque minuscule décalage des voies avec la précision d’un détective. De nombreux films réfléchissants, invisibles au premier regard, ont d’abord été apposés pour mesurer les intersections des voies. En effet, c’est à cet endroit qu’une liaison de voie peut être imprécise. Nicole Fitz vise l’un de ses réflecteurs et dirige précisément avec un appareil de mesure à hauteur d’homme un rayon laser sur le point de mesure. Elle mesure avec un œil vif et une main sûre la précision avec laquelle les monteurs peuvent travailler. Et elle est extrêmement stricte. Selon elle, un résultat final ne peut être considéré comme parfait que lorsque les déviations sont les plus minimes par rapport aux coordonnées calculées. « Baisser encore de cinq millimètres, encore trois, deux vers le bas », Nicole Fitz est très concentrée lorsqu’elle regarde à travers l’appareil de mesure. Très à l’aise, elle dirige en parallèle  chaque déplacement des monteurs par radio, qui apportent les corrections sur les supports. Grâce à des vérins hydrauliques, les hommes forts soulèvent et baissent, avec une finesse étonnante et le plus grand soin, les constructions imposantes d’acier dans la direction souhaitée jusqu’à ce que Nicole Fitz lève le pouce. La voie est placée au millimètre près et peut être fixée.

Un doigté tout particulier

Klugheim est une mission plutôt difficile pour l’experte expérimentée : « C’est un défi bien particulier ici », dit Nicole Fitz alors qu’elle vise attentivement avec le tachéomètre la coordonnée suivante. La précision de la mesure c’est une chose. « Mais comme le Taron est construit si étroit et les voies passent si près du rocher, on est encore une fois à un autre niveau », déclare-t-elle.

A cela vient s’ajouter une situation dont la responsabilité revient à la configuration caractéristique du Taron : Pour le Taron, on a jusqu’à quatre voies différentes posées sur un seul support, au lieu d’une voie par support. Le tracé dynamique avec toutes les figures souhaitées par tous ne pouvait être réalisé que comme ça dans l’étroitesse du paysage rocheux de Klugheim. Une grosse « pelote » de voies, qui dans ses entrelacs, offre une expérience inhabituelle - et qui exige encore une fois un doigté tout particulier de la géomètre. En effet, une petite imprécision sur un tel support a directement une incidence sur les déviations de plusieurs voies. Mettre sur la voie, au premier sens du terme, jusqu’à quatre voies dépendantes les unes des autres transforme la prise de mesure des voies du Taron en une mission inhabituellement corsée. Et montre une fois de plus à quel point la mesure précise de ce Grand Huit exceptionnel est importante.

C’est ça le Taron : Tout sauf traditionnel. Et cela s’applique aussi à la prise de mesures des voies. Nicole Fitz doit donner le meilleur d’elle-même pour aller chercher le meilleur dans le Taron. 200% de concentration, du doigté et de la précision - pour un plaisir de conduite 100% parfait.

Author

Tanja