Français

Taron – Une production sur mesure

Texte: Christina Herrmann
Photo: Robert Fülling

Lorsqu’il s’agit de nouveaux développements d’attractions, il est particulièrement important pour nous de réunir le plaisir absolu de conduite et une thématique exceptionnelle à une expérience globale unique.

« Nous voulons proposer à nos clients le plus grand confort possible et la meilleure expérience », souligne Sebastian Jonas, développeur de projet et responsable qualité de Phantasialand. Pour ce faire, nous créons des mondes complets thématiques où se nichent des attractions et nous ne construisons pas seulement des attractions avec une petite touche de thématique. »

Cela marche uniquement lorsque nous nous confrontons préalablement à chaque détail dans Phantasialand.

« Tout au long des nouveaux projets, nous élaborons des missions précises que nous transmettons aux fabricants. Cela concerne alors chaque aspect individuel de notre processus, comme par exemple les capacités de la gare, l’esthétique du trajet et également les figures de conduite de la configuration du parcours », comme Sebastian Jonas décrit cette approche.

En effet, comme pour tous nos projets, nous avions, pour le Taron, une idée très précise, déjà dans les premières étapes du développement, de ce que devait être le grand huit : La longueur du parcours, les voies, le design du train, l’intégration thématique et surtout le plaisir de conduite - nous avons travaillé sur tous ces sujets, jusqu’au moindre petit détail, pour créer une expérience complète qui ne peut être vécue une deuxième fois dans ce monde. De l'exceptionnel dans vraiment tous les éléments de A jusqu'à Z.

La création du parcours constitue, à cet égard, une base essentielle pour un plaisir de conduite absolu. C’est pourquoi nous avons, dès le début pour le Taron, fait une demande particulièrement décisive : L’itinéraire devait refléter une dramaturgie visible. Nous voulions, avec un arc de tension tout particulier, créer une expérience de conduite très dynamique croissant continuellement jusqu'à l'arrivée. Pour ce faire, nous avons défini les éléments de circulation du parcours, comme les courbes en S, les Airtime-Hills (pentes en impesanteur) et les Overbanked Turns (voies penchées à plus de 90°), ainsi que les changements particuliers de directions et de vitesse. Sur son chemin à travers le paysage rocheux de Klugheim, le Taron devait proposer un divertissement, qui jusqu'à la fin réserve une surprise.

Le lancement était pour nous tout aussi important : Dès la première seconde, le Taron doit divertir ! Un lancement très puissant nous tenait particulièrement à cœur. Le Taron avait besoin pour ça d’une propulsion de la meilleure qualité conçue pour les deux départs catapultés. C’est pourquoi, pour atteindre nos objectifs, il était essentiel de faire uniquement appel à la technologie la plus moderne et la plus performante. Le Taron devait devenir puissant, intense comme aucun autre Multi-Launch-Coaster et extrêmement rapide.

La même chose s’appliquait aux voies. Pour répondre à nos demandes d’une « structure des voies » particulièrement filigrane, seule une voie toute particulière pouvait être, selon nous, employée pour le Taron : Une voie à 3 chaînes. Seul son aspect mince pouvait répondre à nos attentes visuelles. En outre, il s’est avéré qu’une fabrication selon la nouvelle norme Eurocode 3 pouvait amincir encore plus la structure des voies et ajouter une valeur significative sur le plan esthétique. Il était donc évident qu’un tel profil de voies soit utilisé pour la première fois chez nous, pour garantir une intégration harmonieuse du Grand Huit dans l’univers à thèmes de Klugheim, comme nous le souhaitions.

Car ça aussi c’était pour nous dès le début bien déterminé : La particularité du Taron provient essentiellement de l’intégration thématique, en apparence facile, du Grand Huit dans son environnement imposant. Il était donc pour nous très important de pouvoir faire correspondre parfaitement tous les détails sur le plan esthétique. Et vraiment tous les détails, même les supports de voies. Même eux ne devaient pas être simplement un « modèle standard » carré, mais être arrondis, pour pouvoir s’intégrer, aussi sur le plan esthétique, dans la vue d’ensemble.

Le train devait bien-sûr satisfaire à ce crédo. Comme élément essentiel du parcours avec le Taron, le plaisir de conduite, le confort et le design devaient s’unir à lui à la perfection. Là aussi, nous avions des représentations précises sur tous les détails - depuis la position du siège en passant par le système de maintien et jusqu’aux matériaux - avec lesquels devait être fait sur mesure un train complètement nouveau, en cohérence avec l’univers thématique. Ici, vous pourrez lire davantage sur le nouveau développement du train.

C’était également le mot d’ordre décisif pour la réalisation du Taron et ainsi pour la sélection de notre partenaire dans ce voyage excitant : Sur mesure : Pour enfin créer le Grand Huit exactement comme nous l’avions seuls imaginé jusque dans les moindres détails, nous avions besoin d’un fabricant à nos côtés qui voulait se mesurer, avec la même passion et le même enthousiasme que les nôtres, aux exigences de nos missions particulières et qui pourrait faire devenir réalité nos plans innovants.

Nous avons trouvé ce partenaire dans l’entreprise Liechtensteinoise, Intamin. Grâce à leur propulsion spécifique, ils pouvaient garantir un démarrage catapulté, qui transformerait le Taron en un Multi-Launch-Coaster avec un lancement de type LSM, le plus intense au monde. Par ailleurs, ils étaient prêts à mettre en pratique chaque idée selon nos demandes, avec beaucoup de sincérité et un immense savoir-faire. Cela signifiait également qu’ils nous donnaient la possibilité de développer ensemble un train entièrement nouveau - le Train de Phantasialand ». Cet empressement a été pour nous un critère décisif lors du choix du partenaire et LA condition pour une collaboration.

Intamin a envisagé toutes nos exigences jusqu’au moindre détail, depuis la dramaturgie essentielle du parcours jusqu’à la performance garantie en hiver. Car afin que le Taron puisse encore fonctionner avec des températures piquantes inférieures à zéro, il fallait absolument avoir une capacité de conduite jusqu’à une température extérieure d’au moins -10°C - au lieu de la température habituelle pour les attractions équivalant à un petit 8°C. Une très grande différence, mais applicable sans problème pour Intamin. Ils ont fait naitre le Taron, comme nous l’avions imaginé, avec beaucoup d’implication et d’énormes compétences. Leur configuration des voies réellement exceptionnelle, avec des entrelacs et toutes nos figures et nos indications, représente à nos yeux, avec l’espace disponible, une réelle prouesse. Ils ont fait s’entrecroiser les voies 116 prodigieuses fois  - un record mondial en soi - et ainsi créé un Grand Huit unique collé au rocher imposant, qui s’intègre complètement dans la thématique.
C’est justement ce positionnement au milieu de Klugheim qui a mis au défi, à plusieurs reprises, les experts en Grand Huit. La situation spatiale particulière, l’intégration complète dans l’univers thématique et nos exigences spécifiques sur le parcours et le plaisir de conduite exigeaient toujours et encore de nouvelles idées et des approches créatives. Pas si facile, et donc encore plus attirant : Le Taron n’a jamais été un projet de « série » de la vie quotidienne, mais exigeait plutôt énormément de talent et d’esprit d’innovation de la part de tous les participants.

Du vrai sur-mesure en fait.

Teilen & Drucken