Français

Texte: Christian Buhl
Photo: Robert Fülling, Christian Buhl

RAIK - UNE AFFAIRE DE COEUR

 

Raik - une affaire de cœur

Pièce par pièce, le lift sort le train de la gare en marche arrière vers le ciel. Alors que l’arrivée à pied devient à chaque mètre plus pentue, et encore plus pentue, le pouls accélère progressivement ses pulsations et l’adrénaline bat le rappel - et la sortie est encore plus haute. La réponse à la question « quand est-ce qu’on arrive ? » attend quelque part là-haut, mais on ne la voit pas encore. Cette incertitude fait naître un incroyable fourmillement dans le ventre - ce n’est plus des fourmis, c’est depuis longtemps des Grands Huit. Et c’est alors que le temps semble s’arrêter l’espace d’un instant. La respiration hésite. Chaque centimètre du corps est tendu, chargé de tension et d’excitation. Même le train semble avoir rassemblé toute l’énergie pour cet instant. Et ensuite... joie, picotement, rire, chair de poule. Il dévale en sifflant, comme une flèche dans un arc tendu à se rompre, la descente en pente raide vers l’aventure. C’est en effet le nouveau Grand Huit familial, le Raik : une aventure. « Cela nous a toujours tenu à cœur de construire une attraction pour les jeunes fans du Grand Huit. Mais jusqu’à présent, aucun Junior-Coaster conventionnel et classique n’avait pu nous convaincre, au début il n’y avait pas de bon emplacement dans le parc pour mettre en pratique nos envies. Avec le nouvel univers à thèmes Klugheim, nous avons maintenant trouvé l’endroit idéal, dans lequel le Family-Boomerang Raik peut exploiter tout son potentiel, » explique Sebastian Jonas, développeur de projet du Phantasialand. Pour donner enfin vie au projet Raik, le fabricant de Grands Huit, Vekoma, a apporté les conditions techniques. Les Hollandais avaient investi toute leur expérience et leur savoir-faire dans la poursuite du développement de leur très populaire Boomerang-Coaster avec un coefficient de peur et en ont fait une attraction familiale moderne. « Avec le Raik, nous créons une passerelle parfaite entre des montagnes russes pour la famille de haute qualité et les classiques pour les juniors », décrit Sebastian Jonas. Car c’était ce qui manquait encore à Klugheim : Ce défi particulier que les jeunes peuvent aussi relever mais qui offre en même temps du plaisir aux jeunes et aux adultes. Cependant avant que ce bijou puisse être érigé à Klugheim, des murs en béton dur ont même dû faire de la place. La construction dans l’étroitesse a demandé à chaque participant beaucoup de talent et de patience. Mais cela en valait la peine. Le résultat est maintenant une image complète d’une Montagne Russe familiale qui s’adapte parfaitement à Klugheim et qui reste malgré tout une vrai machine de plaisir grâce à la configuration exceptionnelle de ses voies.

Passage de la gare par Fly-Through

 C’est ainsi que sur le lift hill, le train est reculé et tiré vers le haut hors de la gare. « On ne voit pas quand finit le lift hill et c’est parti. C’est efficace pour ce frisson particulier », souligne Sebastian Jonas. Il perdure jusqu’à ce que le train se détache et dévale la descente en pente raide. Et c’est alors que le pur plaisir prend le dessus. Grâce à son effet Fly-Through, le Raik laisse, dans son sillage, les passagers ébahis qui attendent à la gare. « C’est un élément du parcours qui existe rarement », déclare Sebastian Jonas. « En règle générale, on fait « Waouh », lorsqu’on est dans la gare et qu’on sent le souffle du train, qui passe devant nous à vive allure. » Il avance alors en glissant à nouveau sur les voies gris anthracite. « Le Raik apporte tout ce qui caractérise un grand Grand Huit. Il dispose des combinaisons excitantes de courbes, de renversements et d’effets « de justesse », cite Sebastian Jonas quelques-uns des points forts du Family-Boomerang. « Ça va plus vite qu’on peut le penser », déclare le développeur de projet, et sourit jusqu’aux oreilles lorsqu’il parle du virage à presque 90° que le Raik va dévaler, pour ensuite passer le canyon à très grand vitesse.

 Jusqu’à ce que le trajet semble se terminer sur le lift opposé. Mais le train ne va pas s’arrêter. Pas de temps pour reprendre sa respiration que le Raik commence déjà son trajet de retour, pour revivre une fois encore les différentes parties du parcours. Mais cette fois-ci sous une toute autre perspective - à reculons.

 On va également vraiment s’amuser avec des températures inférieures à zéro, les roues de friction dans le lift opposé y veillent.  « Elles sont pensées pour l’exploitation en hiver, pour pouvoir le cas échéant donner au train un élan supplémentaire », explique Sebastian Jonas. Car comme il se doit pour un grand Grand Huit, le Raik pourra circuler aussi en hiver - tout comme le Taron.

Vue dégagée pour les jeunes fans des Montagnes Russes

 Même le meilleur des voyages s'arrête à un moment. Les freins au courant de Foucault mettent finalement un terme à l’aventure, d’une façon particulièrement douce, dans la gare et concluent ainsi le voyage exceptionnel sur le Raik.

 Bien-sûr il n’y a pas seulement la sensation du Raik et ce que le Raik peut faire qui compte - le Boomerang doit aussi s’adapter aux fortes exigences en matière d’esthétique et de design. Par exemple, pour la création de la voiture de tête, nous avons beaucoup réfléchi sur la façon de la construire afin qu’elle soit particulièrement conviviale pour la famille.  « C’était pour nous primordial que le train sur le devant ne soit pas trop haut, afin que même les jeunes fans des Montagnes Russes puissent avoir une vue dégagée. Ensuite, il faut mettre en application un système de maintien individuel qui offrent à nos jeunes invités un bon soutien et du confort », déclare Sebastian Jonas.

 Et c’est comme ça qu’est née, pour le Family-Boomerang, une conception du train à la mesure exacte de la taille des plus jeunes voyageurs dans le nouvel univers à thèmes et qui s’adapte ensuite parfaitement à Klugheim sur le plan esthétique.

 Le train devait s’intégrer aussi naturellement possible dans cet environnement particulier de Klugheim. Là où l’attraction aquatique, le River Quest, et le Multi-Launch-Coaster, le Taron, se cotoient dans l’étroitesse à côté du Raik, le train devait malgré tout donner la sensation d’être un élément autonome de cet univers. Pour obtenir un résultat optimal, aucun chemin n’était trop long pour nous, même si cela peut, aux premiers abords, ressembler à un détour. Après la première réduction sur le design du train, un relooking complet était nécessaire.

 « Le toucher, le laquage et la peinture ne correspondaient pas à notre représentation », se rappelle le développeur de projet. Sous la direction de nos concepteurs, tout a été remis à plat et un nouvel esthétisme a été créé. Finalement est apparu un look qui semblait parfaitement authentique grâce à une fine structure en 3D et qui, au toucher, transmettait la même chose. Lorsque les mains glissent sur les rivets et les contours, la personnalité du train est véritablement ressentie et le Raik donne également vie à l’aventure sur le bout des doigts. 

Teilen & Drucken